Qatar : la ministre des Sports encourage les Bleus à s'exprimer, "quelque chose est en train de bouger", salue Patrick Kanner

 "J'ai apprécié les déclarations de la ministre des Sports disant que oui, les sportifs peuvent émettre une opinion", salue le sénateur socialiste Patrick Kanner. La Fifa a menacé les joueurs de sanction s'ils portaient le brassard "One Love" en faveur des droits LGBTQ+ pendant la Coupe du monde.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le sénateur socialiste Patrick Kanner, le 17 juillet 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)

"Il y a quelque chose qui est en train de bouger", a applaudi jeudi 24 novembre sur franceinfo Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat, alors que la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, a encouragé l'équipe de France de football à utiliser les "espaces de liberté" qu'il reste pour "continuer à exprimer son engagement en faveur des droits humains", en dépit des menaces de sanctions de la Fifa, lors de la Coupe du monde au Qatar.

"Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent."

Patrick Kanner, sénateur socialiste

à franceinfo

"En l'occurrence, le vent est en train de tourner et j'ai apprécié les déclarations de la ministre des Sports disant que oui, les sportifs peuvent émettre une opinion", a salué le sénateur et ancien ministre des Sports sous François Hollande.

Les joueurs allemands de la Mannschaft se sont symboliquement bâillonnés avec la main juste avant leur rencontre contre le Japon. Les Anglais ont, de leur côté, posé un genou à terre. Les Bleus ont pour l'heure plié devant la Fifa, s'attirant les critiques dimanche sur franceinfo du député de La France insoumise, Alexis Corbière, qui a dénoncé l'"encéphalogramme plat" de nos champions du monde sur les questions des droits humains et l'écologie.

>> En images. Silence des Iraniens, bâillon des Allemands, genou à terre des Anglais... Un début de compétition très politique

Emmanuel Macron, en déplacement en Thaïlande, avait appelé à ne pas "politiser le sport" la semaine dernière. "Vous ne me ferez pas dire que le sport n'est pas politique", a répliqué Patrick Kanner. "Le propos du président de la République était mal approprié au regard du contexte. On sait bien que le Qatar n'est pas le pays des droits de l'homme, cela se saurait", a-t-il ajouté.

"Quand je vois l'équipe iranienne ne pas chanter l'hymne national, ils prennent, eux, un risque majeur."

Patrick Kanner

à franceinfo

"Quand ils vont rentrer dans leur pays, qu'est-ce qui va leur arriver, quand on voit la répression qui s'abat notamment sur les femmes iraniennes qui veulent plus de libertés ?", s'interroge Patrick Kanner. Les Bleus "ont le droit d'avoir une pensée politique et heureusement", souligne le sénateur qui a choisi de ne pas regarder les matches de la Coupe du monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Coupe du monde 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.