Ludivine Sagnier seule en scène pour une adaptation du "Consentement" de Vanessa Springora

Au Théâtre de la Ville, à Paris (et bientôt en tournée ailleurs), la comédienne met dans sa voix le livre de l'éditrice, qui racontait sa relation sous emprise, adolescente,avec l'écrivain Gabriel Matzneff. Nous avons rencontré Ludivine Sagnier pour en parler.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Ludivine Sagnier sur scène (Christophe Raynaud de Lage / Théâtre de la Ville)

Le consentement, le livre de Vanessa Springora qui racontait sa relation sous emprise, adolescente, avec l'écrivain Gabriel Matzneff, devient une pièce de théâtre. Dans une adaptation signé Sébastien Davis, il se joue au Théâtre de la Ville à Paris puis partira en tournée. La pièce est une version condensée du livre, mais en conserve évidemment les principales étapes, et elle commence logiquement par la rencontre entre l'écrivain et la narratrice, alors âgée de 14 ans seulement. 

Mais plus le spectacle (et donc le livre) avance, plus la gravité de la situation apparaît aux yeux du personnage. Une évolution de ses sentiments et des émotions pas forcément évidente à représenter, on l'imagine, pour Ludivine Sagnier. La comédienne est seule en scène pour incarner en alternance l'adolescente et la femme qu'elle est devenue. "Vanessa, qui est dans une réflexion en tant qu'adolescente, reprend le récit dans son personnage de femme, précise Ludivine Sagnier. Ces incessants allers-retours entre passé et présent, mais aussi d'inclure d'autres personnages de son entourage comme sa mère, étaient plus difficiles à gérer dans leur fluidité."

"Ce qui est plus délicat c'est d'alterner le temps passé et le temps présent et de créer ces ruptures."

Ludivine Sagnier

à franceinfo

Mise en scène sobre

À sa sortie en 2019, Le consentement de Vanessa Springora a été unanimement salué par la critique et a déclenché l'ouverture d'une enquête pour "viols sur mineurs" à l'encontre de Gabriel Matzneff. Et plus globalement le livre s'est inscrit dans un élan collectif de libération de parole des femmes et des victimes. Et si elle ne se définit pas forcément elle-même comme militante féministe, Ludivine Sagnier tenait à prendre sa part. "Je dis que je ne suis pas militante dans le sens où je n'ai pas la même implication que certaines activistes qui vivent jour après jour ce combat."

"En tant qu'artiste j'essaie de proposer une œuvre qui va à la fois aider, prolonger et agrémenter ce combat auprès des spectateurs."

Ludivine Sagnier

à franceinfo

Par ailleurs je dirige une école de cinéma [l'école Kourtrajmé, NDLR] à Montfermeil, qui a pour objectif de casser les discriminations et situations de précarité. Donc je fais avec mes outils mais je n'ai pas l'impression d'être passive."

Avec une mise en scène sobre et moderne signée Sébastien Davis, la force du texte souvent glaçant, Le Consentement est une réussite qui tient beaucoup aussi au talent de la comédienne, qui y interprète donc plusieurs rôles à la fois.

"Le consentement" : Ludivine Sagnier seule en scène - Reportage de Matteu Maestracci
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Gabriel Matzneff

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.