Vidéo Assurance chômage : "Arrêtez de nous prendre pour des couillons", la réforme est "budgétaire", lance la CFDT au gouvernement

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Laurent Berger dénonce un réforme de l'assurance chômage qui vise à "brosser dans le sens du poil" un électorat chez qui l'idée est profondément ancrée qu'un chômeur est responsable de sa situation, tout ça au final, pour faire des économies sur le dos des demandeurs d'emploi.

"Franchement, je le dis au gouvernement aujourd'hui : arrêtez de nous prendre pour des couillons", lance le secrétaire général du syndicat CFDT, Laurent Berger, jeudi 24 novembre sur franceinfo à propos de la réforme de l'assurance chômage. "Ce que vous faites, c'est une réforme budgétaire, contrairement à ce que vous aviez annoncé, qui consiste à faire 4 milliards d'économies sur le système d'assurance chômage", ajoute-t-il.

"Je pense que c'est une mesure qui vise à brosser dans le sens du poil un électorat et faire des économies budgétaires. Ça n'aura pas d'effet sur l'emploi."

Laurent Berger, secrétaire général du syndicat CFDT

à franceinfo

La réforme de l'assurance chômage prévoit une réduction de 25% de la durée d'indemnisation pour les demandeurs d'emploi ouvrant des droits à partir du 1er février. Un plancher minimal de six mois est prévu.

Non à cette "stigmatisation" du chômeur

"C'est un acte militant de ma part de dire aujourd'hui que je suis contre cette réforme, alors que je sais qu'elle est populaire. Je le regrette parce que ça part d'un constat que les demandeurs d'emploi seraient responsables de leur situation", une idée profondément ancrée dans le société française, dénonce-t-il. "J'en ai assez de cette sigmatisation de demandeurs d'emploi !", lance laurent Berger en colère, alors qu'il explique que même les demandeurs d'emploi en formation vont être touchés par la baisse d'indemnisation. La logique de cette réforme, selon lui, c'est la même que celle "du tonton du dimanche midi qui est un peu réac". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.