Energie : les plus précaires fortement touchés par l’explosion des prix

Publié Mis à jour
Energie : les plus précaires impactés par l’explosion des prix
Article rédigé par
M.-P. Cassignard, J.-M. Seigner, E. Mathieu, M. Thiebaut, E. Zini, C. Krauskopff - France 3
France Télévisions
Jeudi 24 novembre, c’est la journée contre la précarité énergétique. Une journée qui existait déjà l’an dernier, avant l’explosion des prix. Déjà 12 millions de personnes vivaient dans le froid. Un chiffre qui risque donc de s’aggraver.

Dans deux jours, Laetitia Foucault quittera définitivement ce logement HLM qu’elle occupait avec ses trois enfants, à Rostrenen (Côtes-d’Armor). Un appartement énergivore et partiellement insalubre. "On a vu apparaître de la moisissure. J’ai dû nettoyer une bonne dizaine de fois", indique Laetitia Foucault, veilleuse de nuit en Ehpad. Beaucoup d’humidité dans ce logement chauffé au gaz, et année après année, une facture qui ne cesse d’augmenter, jusqu’à ce rattrapage il y a quelques mois.   

100 000 passoires thermiques à Marseille  

La mère de famille a eu un rappel de 1 500 euros de gaz. "J’ai fait appel à une assistante sociale, qui m’a dirigée vers une fondation de l’Abbé-Pierre et d’autres associations, qui m’ont aidée", raconte-t-elle. Elle a bénéficié de 450 euros d’aide de la fondation Abbé-Pierre, une contribution de La Croix Rouge, mais cela ne suffit pas, ses dettes la suivront dans son prochain logement. Un défi d’isolation est bien souvent à l’origine du problème. Comme à Marseille (Bouches-du-Rhône), où 100 000 passoires thermiques sont recensées.   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.