Cet article date de plus de douze ans.

Des parlementaires américains ont appelé dimanche à un moratoire sur le développement du nucléaire aux USA

Joseph Lieberman, président de la commission de la Sécurité intérieure du Sénat, a rappelé qu'il était "un grand partisan de l'énergie nucléaire, car elle n'est pas importée, elle est à nous et elle est propre".Mais, a-t-il ajouté, "nous devons tranquillement mais très vite faire une pause, le temps de digérer ce qui s'est passé au Japon".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Joseph Lieberman, président de la commission de la Sécurité intérieure du Sénat américain. Février 2011. (AFP - Getty Images - Alex Wong)

Joseph Lieberman, président de la commission de la Sécurité intérieure du Sénat, a rappelé qu'il était "un grand partisan de l'énergie nucléaire, car elle n'est pas importée, elle est à nous et elle est propre".

Mais, a-t-il ajouté, "nous devons tranquillement mais très vite faire une pause, le temps de digérer ce qui s'est passé au Japon".

Ensuite, nous devrons "examiner ce que nous devons exiger de plus, si c'est nécessaire, concernant les nouvelles centrales", a déclaré le sénateur indépendant sur la chaîne CBS.

Le président américain Barack Obama veut développer l'énergie nucléaire dans le but de diminuer la dépendance des Etats-Unis envers le pétrole importé et le charbon.

Son administration a alloué 18,5 milliards de dollars de garanties de prêts au ministère de l'Energie pour assurer le développement de la filière.

Mais les événements au Japon risquent de réveiller ceux qui sont hostiles à l'énergie nucléaire aux Etats-Unis.

Edward Markey, un représentant démocrate au Congrès américain, hostile à l'énergie nucléaire, a demandé un moratoire dans la construction de nouveaux réacteurs dans des régions actives au niveau sismique, a indiquéle New York Times.

"Ce désastre nous montre la fragilité des centrales nucléaires et les conséquences potentiellement associées à une fuite radioactive après un tremblement de terre", a-t-il déclaré. "Nous devons nous assurer que les centrales américaines peuvent supporter un événement catastrophique et qu'elles respectent les critères de sécurité les plus draconiens", a-t-il ajouté.

Il a envoyé une lettre à la Commission de régulation du secteur nucléaire (NRC) demandant des détails sur les plans d'urgence de l'industrie nucléaire américaine.

"Il s'agit de toute évidence d'un sérieux coup pour ce qu'on appelait la renaissance du nucléaire", a jugé Peter Bradford, un ancien membre de la NRC.

Lire aussi:
>>

>>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.