Cet article date de plus d'onze ans.

L'incendie à la Réunion sous contrôle

2850 hectares de végétation sont partis en fumée depuis une semaine, mais la situation semble se stabiliser. La ministre de l'Outre-mer est attendue aujourd'hui ainsi que le premier bombardier d'eau.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un pompier lutte contre un incendie près du cirque de Mafate, sur l'île de la Réunion, le 1er novembre 2011. (RICHARD BOUHET / AFP)

La situation est sous contrôle. Dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 novembre, l'incendie dans le parc national de la Réunion, qui sévit depuis plus d'une semaine, est resté stable pour la troisième fois consécutive. La ministre de l'Outre-mer Marie-Luce Penchard est attendue mercredi en fin de matinée sur l'île. Depuis le départ de l'incendie, mardi 25 octobre, 2 850 hectares ont été ravagés. Plus d'un millier d'hommes sont engagés sur le terrain, dont 400 venus de métropole.

Benoît Zagdoun

"La situation est bien tenue. Je reste confiant", a déclaré le commandant des pompiers de la Réunion, le colonel Vandebeulque. Quelques départs de feu ont été vite maîtrisés au Maido, sur les hauteurs de la ville de Saint-Paul. Ces reprises proviennent principalement du feu qui couve dans l'humus, le couvert végétal de la forêt, dont l'épaisseur atteint un mètre à certains endroits.

Plusieurs pyromanes présumés ont également été arrêtés depuis samedi à Saint-Benoît (côte est de l'île), Saint-Paul (ouest) et Etang-Salé (sud) pour avoir mis le feu à des broussailles. Des petits feux volontaires se sont multipliés aux quatre coins de l'île ces derniers jours, un phénomène récurent, selon les pompiers, dès qu'un important incendie est en cours.

Arrivée du bombardier en provenance de Marseille

Le premier des deux avions bombardiers d'eau Dash, envoyés par le ministère de l'Intérieur après une vive polémique avec les élus de l'île, doit se poser dans la soirée à Saint-Denis. "Les deux Dash arrivent au moment le plus opportun" pour "noyer les points chauds qui peuvent repartir", a affirmé le ministre de l'Intérieur Claude Guéantdans un entretien publié mercredi par le Journal de l'île de la Réunion. "Ce ne sont pas les polémiques politiciennes qui vont éteindre ce feu".

Un caporal-chef des pompiers du Service départemental d'incendie et de secours de Moselle, arrivé en renfort dans l'île, a été brûlé aux pieds. Depuis, le début de l'incendie, 35 pompiers ont été légèrement blessés lors des interventions.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Environnement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.