Animaux : l’interdiction de la corrida examinée à l’Assemblée nationale

Publié Mis à jour
Animaux : l’interdiction de la corrida discutée à l’Assemblée nationale
Article rédigé par
R.Asencio, C.Delacroix, G.Ragris, S.Gravelaine - France 2
France Télévisions
Après une proposition de loi déposée par un député LFI, la proposition de loi sur l’interdiction de la corrida va être examinée par la commission des lois, mercredi 16 novembre. Dans certaines régions, c’est une véritable institution.

Si la majorité des Français se déclarent favorables à l’interdiction de la corrida, ce n’est pas le cas dans certains endroits, où cette pratique est ancrée dans l’histoire. "Mais il est interdit d’interdire. (…) Moi, j’aime les taureaux, laissez-moi mes taureaux", réagit avec véhémence le gardien des arènes d’Arles (Bouches-du-Rhône), Jean-Louis Aymé. C'est Aymeric Caron, député LFI, qui porte ce projet de loi. Il dénonce la maltraitance animale qu’engendre cette pratique où les taureaux sont mis à mort.

Les habitants d’Arles en désaccord avec l’interdiction de la corrida

À Arles, de nombreux habitants ne souhaitent pas voir la corrida être interdite. "Il y a des moments un peu difficiles dans ce que l’on pourrait dire, une forme de spectacle pour certains. Mais bon, il y a tellement de choses pus graves que ça. C’est la tradition", argumente un habitant de la ville. Pour les militants anti-corridas, cette interdiction est attendue depuis très longtemps. "Nous, on attend ça depuis des années", affirme Dominique Arizmendi, membre de l’association "No corrida". L’interdiction de la pratique pourrait être débattue le 24 novembre à l'Assemblée nationale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.