Risque de coupures d'électricité : "Il y a un désordre ! On ne peut pas tout mettre sur le dos de la guerre en Ukraine", s'agace le député LFI Alexis Corbière

écouter (8min)
Le gouvernement a adressé jeudi aux préfets une circulaire pour anticiper les éventuelles coupures programmées de courant.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alexis Corbière, député de La France Insoumise de Seine-Saint-Denis, le 20 novembre 2022 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Il y a un désordre ! On ne peut pas tout mettre sur le dos de la guerre en Ukraine", s'est agacé jeudi 1er décembre sur franceinfo le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière, alors que des coupures d'électricité sont possibles cet hiver. Le gouvernement a adressé aux préfets une circulaire pour anticiper les éventuelles coupures programmées de courant. Un document qu'a pu consulter franceinfo jeudi.

>> Crise énergétique : ce que contient la circulaire de Matignon envoyée aux préfets en cas de coupures d'électricité

"Imaginez qu'en France, la sixième puissance mondiale, en 2022, on en est à dire aux gens qu'il va peut-être y avoir des coupures d'électricité", se désole Alexis Corbière. "On en est au point de se dire qu'il faut faire attention à ne pas trop aller vers notre hôpital public parce qu'il est en situation de quasi chaos."

"On en est au point où les prix ne cessent d'augmenter. Et on en vient à dire aux Français qu'il y aura des coupures d'électricité, Il y a un désordre."

Alexis Corbière, député LFI

à franceinfo

Alexis Corbière pointe "les profiteurs de crise". Et il s'interroge : "Pour quelle raison on a à ce point-là affaibli notre capacité de production de l'énergie ? Pour quelle raison on a laissé filer l'augmentation des prix ? Pour quelle raisons on ne prend pas plus à bras-le-corps la question des inégalités ?" Le député dénonce "des grands groupes qui font des profits, y compris sur le terrain de l'énergie. C'est grâce à de l'argent public qu'on a essayé d'éviter que le prix de l'essence n'explose pas". Selon lui, on n'a pas "essayé de mettre de l'ordre".

"L'ordre, cela passe par un meilleur partage des richesses, s'en prendre aux surprofits", insiste l'Insoumis. Sur la question de l'énergie, il plaide pour "développer d'autres sources d'énergie" : "Si nous avions été élus, nous aurions engagé cette transition énergétique et non pas laissé s'affaiblir notre actuelle capacité de production de l'énergie." Selon lui la situation actuelle est "la conséquence de mauvais choix, de choix à courte vue, de laisser filer les choses et de laisser s'installer un chaos généralisé".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.