Cet article date de plus d'onze ans.

2011 : Des bobards, des chômeurs et des robots

écouter (15min)
A la une : un bilan des bobards politiques de 2011, les chiffres "implacables" du chômage, l'effet "présidentielle" dans la dernière ligne droite pour l'inscription sur les listes électorales et les débuts d'Asimo, le plus humain des robots.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
  (©)

 

L'Hyper revue de presse

2011, le best off des bobards politiques à lire dans Libération.

Invité : Cédric Mathiot du service "désintox" de Libération pour évoquer ce palmarès des mensonges politiques et la vogue du "fast checking".

 

La revue de presse et du Web

 

 

 

 

 

 

La fin de l'année, c'est traditionnellement l'heure des bilans en tout genre...

2011 : l'année des bobards politicards... Libération présente son palmarès des plus gros mensonges de l'année... Ceux que le quotidien traque chez les politiques dans sa rubrique "Désintox"... On trouve donc dans ce classement ces hommes et ces femmes politiques que le journal rebaptise les "ténors du pipeau"... Avec leurs formules choc mais trompeuses, des petites phrases signées de Martine Aubry sur les niches fiscales, de Marine le Pen sur le lien entre l'immigration et la baisse des salaires, ou encore de Nicolas Sarkozy sur la création des fichiers génétiques.

Mais la palme dans ce classement de Libération revient au ministre de l'Intérieur Claude Guéant : il reçoit la "palme du mensonge 2011" pour - écrit Libération - son "extravagante affirmation" sur l'échec scolaire des immigrés et surtout pour l'entêtement surréaliste qui l'a poussé à persister dans le bobard en dépit de tout...
Affaire qui s'est terminée par une mise au point rarissime de l'Insee, un communiqué qui a officialisé, affirme Libération, le fait que le ministre de l'Intérieur ne sait pas compter...

Et d'ailleurs les politiques doivent s'habituer à passer au détecteur de mensonges dans la presse et sur internet...

Promis, Nicolas Sarkozy ne dira plus qu'il était à Berlin le soir de la chute du Mur : les politiciens sont prévenus, les fact-checkers, les vérificateurs de faits, les attendent au tournant... C'est une pratique journalistique très en vogue venue des Etats-Unis : la contre-enquête, le fact-checking, y compris en temps réel sur internet pendant les débats télévisés.

Il y a le Washington Post qui mesure les boniments politiques en décernant des "Pinocchios", formule récupérée en France par le Nouvel Observateur... Il y a cette rubrique Desintox dans Libération, ou encore le "Bureau de vérification de la petite phrase" du vendredi dans le Parisien, ou encore le "détecteur de mensonges" du JDD.fr. C'est tellement à la mode que les partis politiques eux-mêmes se mettent à dénoncer entre eux les mensonges les uns des autres. Une mode qui va sûrement accompagner les débats de la présidentielle, notamment sur internet.

Toujours du côté des bilans de l'année qui se termine, les lettres et les mots de l'année...

Un regard dans le rétroviseur qui s'impose écrit Gérard Noël dans Vosges Matin... Pour les sigles qui ont marqué l'année, il a choisi des lettres répétées en boucle ces derniers mois, DSK, triple A, et PSG... Il y a aussi ces lieux inconnus qui ont surgi dans l'actualité, Fukushima ou la place Tharir du Caire...

Du côté des personnages de l'année, un pitoyable trio de tyrans déboulonnés, Ben Ali-Moubarak-Kadhafi, et un autre démon dézingué, Ben Laden. Et des rayons de soleil quand même en 2011 : ceux qu'ont fait briller l'indigné Stéphane Hessel, l'inarrêtable Lionel Messi ou le sourire d'Omar Sy, l'intouchable. Et le mot de l'année, une évidence, la crise...

La crise, c'est aussi la difficulté de se loger pour beaucoup de Français et des initiatives de plus en plus étonnantes pour trouver un logement à tout prix...

Le Parisien publie le texte d'une petite annonce postée fin septembre sur un site spécialisé sur internet : "j'avance un an de loyer pour trouver une location urgente". L'auteur, une femme de quarante ans, n'est pas chômeuse mais responsable des ventes dans une PME, elle espère trouver un trois-pièces dans les Yvelines à partarger avec sa fille. Après des mois de recherche sans succès, elle s'est résolue à faire cette proposition : un an de loyer payé d'avance. Une pratique qui se développe face à la pénurie de logement, pratique abusive rappelle le Parisien si c'est le propriétaire qui réclame cette avance à un locataire.

La fin de l'année, surtout à l'approche d'une présidentielle, c'est aussi la dernière occasion de s'inscrire sur les listes électorales...

Et c'est la semaine du grand rush dans les mairies pour les retardataires qui veulent s'inscrire : le Parisien a choisi l'exemple de l'Oise où les employés d'état civil des mairies doivent faire face à un boom des inscriptions... Les retardaires sont nombreux affirme le Parisien, le phénomère est flagrant dans toutes les grandes villes du département et l'effet "présidentielle" se fait sentir jusque dans les petites communes. Les mairies s'attendent à un 31 décembre de folie pour la date butoir, les maires demandent d'ailleurs aux électeurs de ne pas attendre jusque là.

L'Humanité en fait sa Une ce matin, avec la photo d'une carte d'électeur et ce titre, "ce petit bout de papier qui fait peur à la droite", l'Humanité qui relaye la campagne à gauche pour l'incitation au vote citoyen et qui regrette l'absence de toute campagne nationale de sensibilisation contrairement à 2006. L'Humanité qui y voit la crainte du pouvoir face au vote des jeunes et des milieux populaires et qui dénonce ce service minimum du gouvernement sur les inscriptions sur les listes électorales...

Direction maintenant le Japon, le pays des robots, des robots qui  nous ressemblent de plus en plus...

Un peu moins pittoresque que C3PO et R2D2, les robots de la Guerre des Etoiles, la dernière merveille technologique japonaise s'appelle Asimo... C'est le plus humain des robots... Il est né il y a quelques semaines, et l'envoyé spécial du Figaro Thierry Etienne est allé le rencontrer chez Honda au Japon : Asimo est tout simplement renversant.

 

 

 

 

Il est humanoïde, il mesure 1 mètre 30 pour 48 kilos, il sait marcher presque comme un humain. Ses parents ingénieurs estiment que son intelligence est comparable à celle d'un enfant de 3 ans et son habileté physique à celle d'un enfant de 10 ans. Il peut prendre certaines décisions tout seul et il est conçu pour aider les humains dans la vie de tous les jours. Il peut par exemple vous servir à boire sans mettre une goutte à côté du verre, il paraît qu'il est irrésistible quand il fait le barman... Il peut aussi aller vous chercher des gobelets de café au distributeur et les ramener sans rien renverser, il peut accueillir des visiteurs, et même communiquer s'il le faut dans le langage des signes.

En plus c'est un sportif accompli capable de piquer un sprint à 9 kilomètres heure ou de shooter dans un ballon de football. Il n'est pas encore tout à fait prêt à remplacer Beckham au PSG, mais presque à s'aligner sur le banc des remplaçants... et pour beaucoup moins cher.

La presse à la Une 

 

 

 

 

 

A la Une des Dernières Nouvelles d'Alsace : l'appel de détresse des Restos du coeur. Egalement au sommaire, un projet de cinémathèque alsacienne pour mettre en valeur le patrimoine du cinéma régional.

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.