EDITO. Insultes lors de "Touche pas à mon poste" : Trump - Hanouna, même combat !

écouter (3min)

Insulté par Cyril Hanouna sur le plateau de l’émission "Touche pas à mon poste", le député insoumis Louis Boyard a annoncé déposer plainte pour "injure publique" et l'animateur a répliqué vouloir l'attaquer en diffamation. L'édito politique de Renaud Dély.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Cyril Hanouna, animateur de l'émission "Touche pas à mon poste", à Paris, le 30 septembre 2021. (JOEL SAGET / AFP)

La bataille de chiffonniers continue. Après s'être écharpés la semaine dernière dans l'émission Touche pas à mon poste, l'animateur Cyril Hanouna et le député LFI Louis Boyard ont poursuivi leurs hostilités à distance, annonçant chacun de leur côté des poursuites en justice. Rappelons que le député a tour à tour été traité de "merde", "abruti", "tocard", "bouffon" et on en passe…. Il avait osé critiquer le propriétaire de la chaine, C8, Vincent Bolloré. Une audace qui a donc suscité l’hystérie de son employé animateur, Cyril Hanouna. Un épisode désolant qui est aussi lourd de sens, révélateur de la dégradation du débat public, qu’il soit politique ou médiatique, les deux dimensions étant étroitement liées.

>> Altercation entre Louis Boyard et Cyril Hanouna : l'animateur de "Touche pas à mon poste" annonce à son tour qu'il va "poursuivre en justice" le député LFI

Mais à qui la faute ? D’abord à Cyril Hanouna et surtout à la chaîne. Dans n’importe quelle entreprise, un salarié qui injurie quelqu’un aussi violemment, et publiquement, qu’il soit député ou non, serait sanctionné par son employeur. Ce n’est pas le cas à C8. Il faut dire que de dérapages en provocations, cette émission, TPMP, est devenue une marque de fabrique. C’est une machine à buzz, à clash, tout y fait ricanement et polémique. C’est l’illustration de la vague qui est train de submerger la politique, en France et ailleurs, la twitterisation du débat public. Trump - Hanouna, même combat ! Place à l’indignation, à l’émotion, à la violence ! Et surtout, pas de pitié pour la réflexion, la nuance, ou l’échange apaisé…

Les politiques, coupables aussi !

Se pose également la question dds politiques qui y participent et sont donc, eux aussi, coupables. Hanouna, c’est aussi l’aboutissement d’une longue dérive, celle de la pipolisation de la politique. Elle a commencé il y a bien longtemps, sous un tour sympathique et anodin, avec l’accordéon de Giscard ; elle a ensuite versé dans l’exhibitionnisme avec tous ces élus mettant en scène leur vie privée, souvent falsifiée, sur papier glacé. Et elle s’achève donc avec un torrent d’injures déversé sur un député.

Les politiques, toutes étiquettes confondues qui se ruent sur le plateau d’Hanouna croient courir après l’électeur. En fait, à chaque apparition, ils creusent un peu plus profond leur propre tombe. A force de s’effeuiller pour draguer l’électeur, leur racolage leur revient en boomerang. Parce que sur les réseaux sociaux comme pour certains médias, la politique n’est plus qu’un jeu de massacres. A ce titre, nous sommes d’ailleurs tous coupables : si ces programmes existent, c’est bien qu’il y a un public. Les électeurs n’ont que les élus qu’ils choisissent ; et les téléspectateurs n’ont finalement que les animateurs qu’ils méritent…

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.