"Nous avons constitué une vraie alternative à la Bourse de Londres sur le continent européen", assure le patron d'Euronext Stéphane Boujnah

écouter (8min)

C'est une conséquence du Brexit entré en vigueur il y a bientôt deux ans. La Bourse de Paris dépasse désormais celle de Londres en terme de capitalisation boursière. Au fil des années, la France est devenue de plus en plus attractive pour les investisseurs étrangers selon le patron d'Euronext Stéphane Boujnah.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Stéphane Boujenah, directeur général de président du directoire d'Euronext, était l'invité éco de franceinfo du mercredi 23 novembre 2022. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Depuis la semaine dernière, la bourse de Paris a dépassé celle de Londres en terme capitalisation boursière. "Il n'y a qu'une grande ville à part Londres sur le continent européen, c'est Paris, explique Stéphane Boujnah, directeur général de président du directoire d'Euronext.

"Si vous voulez être dans un endroit où se concentrent beaucoup de sièges sociaux de très grandes banques, de très grands groupes énergétiques, industriels, automobiles, de matériaux de construction,d'assurance, c'est à Paris qu'il faut être", développe le patron d'Euronext.

"Dans les autres capitales européennes, les sièges sociaux sont beaucoup moins concentrés."

Stéphane Boujnah, directeur général de président du directoire d'Euronext

sur franceinfo

L'exécutif français vante beaucoup à l'étranger les réformes fiscales et sociales engagées dans le pays. La France terre d'investissements étrangers, c'est bien une réalité poursuit Stéphane Boujnah : "Depuis une quinzaine d'années, il y a eu une constance de tous les gouvernements pour mener une politique de l'attractivité. Aujourd''hui on a changé d'échelle. Si autant d'activité internationale, notamment dans la finance, s'installe à Paris, c'est parce que les politiques menées à partir de 2017 commencent à porter leurs fruits.

Revoir l'émission en intégralité : 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.