La Défenseure des droits appelle à mieux protéger la vie privée des enfants

Claire Hédon a publié son rapport annuel sur les droits de l'enfant, jeudi, à trois jours de la journée internationale consacrée à cette thématique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une adolescente joue sur son téléphone, le 11 novembre 2022, dans le métro, à Paris. (MAEVA DESTOMBES / HANS LUCAS / AFP)

"Comment protéger les enfants tout en respectant leur liberté ?" La Défenseure des droits a donné un coup de projecteur au droit des enfants à une vie privée, jeudi 17 novembre, à l'occasion de la publication de son rapport annuel sur les droits de l'enfant. Pour faire prévaloir ce "trop souvent bafoué", l'autorité indépendante a listé 33 propositions adressées aux pouvoirs publics dans divers domaines, du numérique à la santé ou la protection de l'enfance.

Claire Hédon recommande ainsi de former "parents et enfants tous les ans, à la rentrée scolaire, au numérique, à leur droit à l'image, au droit à l'oubli", à la possibilité de faire retirer des contenus sur internet. "Quand on donne un portable à un enfant, on lui dit : 'Pour te protéger, je dois surveiller ce que tu fais'. Tout est question d'âge et de proportion", explique-t-elle.

Une volonté de sensibilisation

Plus de 1 100 jeunes âgés de 6 à 21 ans ont été consultés pour l'élaboration du rapport. Il ressort que les jeunes veulent être davantage sensibilisés au droit à l'image. Ils demandent en outre qu'il soit possible "de faire supprimer des images ou vidéos" les concernant sur les réseaux sociaux. Le rapport pointe à ce titre une "multiplication des contentieux entre parents et jeunes majeurs dont les photos d'enfance et les détails privés de leur vie ont été publiés" sans leur consentement.

Tout en mettant en garde contre des usages "potentiellement intrusifs", tels que la géolocalisation, le rapport relève que de nombreux enfants "réaffirment l'importance du contrôle parental dans l'accompagnement vers l'autonomie et la protection de leur vie privée""Tous les dimanches, elle regarde mon téléphone pour voir ce qu'il y a dedans, et je trouve ça juste", raconte une jeune fille citée dans le document.

Le sujet de l'intimité du corps est également abordé. La Défenseure des droits insiste sur l'importance pour les enfants de disposer de toilettes fermées à clé, notamment à l'école, et de chambres individuelles pour les enfants suivis par la protection de l'enfance ou "privés de liberté".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enfance et adolescence

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.