"C'est malheureusement une vérité" : Brigitte Lahaie s'excuse mais maintient que l'"on peut jouir lors d'un viol"

L'animatrice avait tenu ces propos polémiques lors d'un débat sur les violences sexuelles, mercredi. Les femmes qui avaient cosigné avec elle une tribune sur la "liberté d'importuner" s'en sont désolidarisées.

L\'animatrice Brigitte Lahaie lors d\'une conférence de presse du groupe NextRadioTV, le 2 septembre 2015 à Paris.
L'animatrice Brigitte Lahaie lors d'une conférence de presse du groupe NextRadioTV, le 2 septembre 2015 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sa phrase avait provoqué un tollé. Brigitte Lahaie "présente ses excuses", vendredi 12 janvier, après avoir déclaré que l'"on peut jouir lors d'un viol", lors d'un débat sur les violences sexuelles sur BFMTV mercredi. Elle s'explique dans une interview qui sera diffusée vendredi dans l'émission "L'Invité" sur TV5 Monde, où elle apparaît en pleurs. Mais elle maintient son affirmation contestée.

"C'est malheureusement une vérité", affirme Brigitte Lahaie dans cette interview. "J'aurais peut-être dû ajouter ce 'malheureusement', ce qui rend souvent la reconstruction encore plus compliquée, d'ailleurs." L'animatrice a fondu en larme en évoquant sa douleur face aux attaques qui l'ont visée, s'estimant "incomprise".

"Je ne l'ai pas dit pour blesser"

"Evidemment que je ne l'ai pas dit pour blesser", assure l'animatrice, dont les propos avaient choqué, en direct, la militante féministe Caroline De Haas qui lui faisait face, mais aussi, après leur diffusion, de nombreux internautes et téléspectateurs. Jeudi, dans un communiqué, les femmes qui avaient cosigné avec Brigitte Lahaie une tribune défendant la "liberté d'importuner" se sont désolidarisées de son affirmation.

"Je sais que c'est à la mode aujourd'hui. On dit quelque chose, c'est repris par les réseaux sociaux, on est lynché, et il faut faire ses excuses", réagit Brigitte Lahaie sur le plateau de TV5 Monde, vendredi. "Si c'est comme ça que le monde marche, alors, OK, je présente mes excuses."