Cet article date de plus de trois ans.

Trafic d'enfants en Europe : 70 arrestations dans plusieurs pays

Dirigée par le Royaume-Uni, l'opération a impliqué les autorités policières de 16 États membres de l'Union européenne, dont l'Allemagne, la Belgique et l'Espagne, ainsi que la Suisse et l'Islande. La France n'était pas concernée par l'opération.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le siège d'Europol à La Haye, aux Pays-Bas, le 6 juin 2018.  (NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG / AFP)

Les polices européennes ont arrêté 70 personnes lors d'une vaste opération contre le trafic d'enfants menée dans plusieurs pays d'Europe, qui a permis d'identifier 53 mineurs comme victimes potentielles, a annoncé Europol, vendredi 9 août. 

L'agence européenne de coopération entre les polices criminelles "a soutenu une opération paneuropéenne contre le trafic de mineurs à des fins d'exploitation sexuelle, de mendicité forcée et d'exploitation par le travail", a indiqué Europol dans un communiqué.

L'opération a entraîné l'arrestation de 34 personnes pour "traite d'êtres humains" et celle de 36 autres individus pour des infractions de "vol, diffusion de contenus d'exploitation sexuelle sur des enfants et facilitation de l'immigration clandestine".

Plus de 200 victimes potentielles identifiées 

Au cours des enquêtes menées en juin dans 18 pays d'Europe, 206 victimes potentielles ont été identifiées, dont 53 mineurs, a précisé Europol. Plus de 127 000 individus, 63 800 véhicules et 1 100 emplacements ont été contrôlés, a ajouté l'agence. Les polices ont notamment fouillé des propriétés privées, des commerces, des hôtels, des gares, des aéroports et des postes-frontières.

Dirigée par le Royaume-Uni, l'opération a impliqué les autorités policières de 16 États membres de l'Union européenne, dont l'Allemagne, la Belgique et l'Espagne. La France n'était pas concernée par cette opération.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.